TitreNvette2-1024x3192 5
rouge

Lettre d’information n°38
Décembre 2020

dav

Edito

2020 : Covid-19, confinement, arrêt de toute activité pendant deux mois,
déconfinement, pause, reconfinement avec maintien d'une activité restreinte…
déconfinement progressif…
Bref; cette année 2020 - on ne peut plus particulière - se termine
avec la perspective de réouverture des musées le 15 décembre.
Quelle que soit cette fin d'année, prenons soin de nous, lisons, cultivons-nous,
et… passons des fêtes aussi bonnes que possible !
_______

Et toujours, pour s'abonner à la Navette, un simple clic ici
Et pour la page Facebook, c'est
Capture d’écran 2020-10-29 155222

L'aiguillée de la brodeuse

Voici un joli texte d'Anne Sylvestre,
extrait de "Coquelicot et autres mots que j'aime"...
L'aiguillée, c'est l'exacte longueur de fil ou de coton nécessaire à la brodeuse pour réaliser son motif. Si son aiguillée est trop courte, elle devra s'arrêter en chemin, faire un point d'arrêt puis un nouveau nœud pour en
repartir une nouvelle, mais ce sera moins beau si on retourne l'ouvrage, et la broderie se juge aussi par son envers. Si en revanche l'aiguillée est trop longue, cela fera du gaspillage car le bout restant sera trop court pour repartir un motif. Sans compter qu'un très long fil oblige à faire des gestes de bras excessifs qui retardent le mouvement. C'est tout l'art de la brodeuse de savoir organiser son travail en respectant à la fois l'économie et la beauté de l'ouvrage.
Je dis "brodeuse" et l'on pourra me reprendre là-dessus. Il y a eu, il y a encore des brodeurs, des hommes aux doigts habiles aimant le contact de l'étoffe, et la beauté qui émane de tous ces points minutieux, de ces fils colorés ou ton sur ton ; aimant aussi par-dessus tout ces prétextes délicats au silence, à la méditation. Mon ami Laurent, magicien des fleurs, brode aussi à ses moments trouvés des nappes, des têtes de drap que l'on croirait sortis de l'atelier d'une fée. Parfois, il les dévoile, mystérieux, les sort de leur papier de soie. Et nous rêvons…
Au temps de la marine à voile, lors des longues journées, à la recherche du vent et des lieux de pêche, les marins, dit-on, brodaient au petit point des tapisseries naïves, sachant rendre douces leurs grosses mains malmenées par les filets. Que de fleurs, que de voiles, que de sirènes ont dû éclore à leur bord !

Revue de presse

Ouest France, 31 octobre 2020
OF du 1 11 20
Courrier de l'Ouest, 26 octobre 2020
CO 26 octobre

Entendez-vous l'éco?

Peut-être connaissez-vous cette émission, diffusée par France-Culture du lundi au vendredi de 15h à 16h, qui fait résonner toutes les déclinaisons de l’économie et de son impact sur la société. La semaine du 3 au 6 septembre 2018, il fut question des bouleversements de l’industrie textile aux usages du vêtement, objet de consommation de masse par excellence… Depuis les toutes premières machines à tisser jusqu’aux nouvelles usines en Asie et ailleurs, l’étoffe n’a cessé de se transformer, au gré des désirs et des représentations… et de nous révéler les travers et les projections de la société dans laquelle nous vivons… Aux origines de la première révolution industrielle, il y avait le coton… venu des Indes, il débarque en Europe au XVIIème siècle… C’est le début de la révolution des indiennes, ces cotonnades exotiques qui connurent un succès immédiat… Bientôt arrivèrent la mécanisation et les multiples progrès techniques qui jalonnent l’histoire du XVIIIème et du XIXème siècle… le coton devient alors le premier produit mondialisé…
Une très intéressante émission dont vous pouvez réécouter l'épisode 1 ici

L'objet mystère du mois...

Screenshot_20200516_040831_com.facebook.katana
Si vous lisez nos Navettes attentivement, cette œuvre, de 30cm sur 30cm, appartenant aux collections des musées de Cholet, devrait vous rappeler quelque chose puisque nous en avons fait une évocation tout récemment dans une Navette précédente…
Vous vous rappelez ? La réponse en janvier!

(8) D'un musée à l'autre...

à Argenton-sur-Creuse, en Centre Val-de-Loire

Capture d’écran 2020-10-13 104551
Il y a 150 ans, s'ouvrait à Argenton-sur-Creuse (Indre) le premier atelier de confection de chemises, ce vêtement masculin né au Moyen Age que l'on appelait alors "chainse". En lin, chanvre ou coton, blanche, unie, à rayures ou à motifs, découvrez l'histoire
de ce vêtement dans cette ville qui, au fil des ans, est devenue le haut lieu
de la chemiserie, les ateliers de la région ayant employé jusqu'à 3000 ouvrières !
Capture d’écran 2020-10-13 104715
Capture d’écran 2020-10-13 110537



Ce musée de la chemiserie et de l'élégance masculine, situé dans une usine datant du XIXe siècle, retrace également l'évolution du vêtement masculin, du XVIIe siècle à nos jours.
Une collection de bijoux liés à la chemise (boutons de manchettes, de plastron…) ainsi que des documents iconographiques complètent
le fonds textile.

Musée à découvrir ici
Annotation 2019-11-14 112333

Agenda

Compte-tenu du contexte, l'incertitude règne...

Pour rappel :

L’adhésion à notre association (15 € pour individuel ou 25 € tarif couple) offre
l'entrée dans les deux musées de Cholet, une réduction de 20 % sur les articles textiles de la boutique du Musée du Textile et de la Mode ainsi qu'un exemplaire
de la revue annuelle "De fil en aiguille".
Pour adhérer c'est ici
Document1
Horaires d'ouverture et tarifs
du Musée du Textile et de la Mode
de Cholet ici
shoes

Boutique

football
plant-pot
Pour visiter notre boutique cliquez ici
MailPoet